vu aujourd'hui le dernier film de sam garbaski : quartier lointain

chef d'oeuvre

quand je pense que j'étais détournée de ce film parce qu'on le dit inspiré d'une manga - c'en est le seul slogan publicitaire - pauvres de nous

histoire de grande humanité - il faut passer sur le côté, au début, un peu irritant de la reconstitution historique : fin des années 1960 - mais cette reconstitution n'a rien de gratuit, c'est tout le sujet abordé : trouver une astuce pour retourner en arrière et faire ce qu'il faut pour éviter un désastre - ici il s'agit d'un désastre familial : le départ d'un père, sans au-revoir ni rien, il sort, il va acheter le pain, il ne revient pas - il ne revient jamais

pourrait-on éviter ce désastre ??? comment concilier le respect de la liberté individuelle, le droit au silence, le droit à l'espace, et le besoin de ceux qu'on aime, qu'on a aimés, et qui ont besoin de nous ?

je pense aussi à mister nobody de jaco vandormael, tous ces choix que l'on pose dans une vie, choisir c'est renoncer - et tous les deuils

je pense au suicide de mon père - je pense à la mort de ma mère - et tous ces amis partis

et nous n'y pouvons rien

quartier_2 quartier_3 quartier_6 quartier_9

quartier_5 quartier_7 quartier_8

magnifique film, rempli de questions de liens et d'avenirs